Accueil » Protéger » Programmes de recherche et de suivi » Projet de restauration de zone humide au Cassaïre

Projet de restauration de zone humide au Cassaïre

Le site du Cassaïre

site_cassaire_tmorvan

Situation : Partie Est du delta du Rhône, commune d’Arles

Superficie : 70 ha

Propriétaire : Conservatoire du Littoral (acquisition en 2004)

Gestionnaire : Amis des Marais du Vigueirat

Étymologie : Cassaïre = chasseur en provençal

Objectifs du programme de restauration

Le projet mis en place sur le site du Cassaïre vise à restaurer une friche agricole en zone humide. Le but est également de montrer que le développement d’une activité cynégétique est compatible avec une gestion hydraulique respectant le cycle naturel d’un marais temporaire. Ce projet a fait l’objet d’une thèse de doctorat de 2010 à 2013 coencadrée par la Tour du Valat et l’IMBE. Divers aménagements ont été réalisés sur le site comme des travaux de terrassement, des transferts de sédiments ainsi que l’installation d’une station de pompage alimentée par une éolienne. Cette station de pompage permet de maintenir un niveau d’eau favorable aux habitats aquatiques et  aux oiseaux d’eau. Le site bénéficie d’un pâturage équin de février à août et la chasse est pratiquée de septembre à janvier.

Le programme de restauration écologique poursuit trois objectifs

–       Écologique : augmentation de l’intérêt patrimonial du site

–       Sociologique : développement de l’activité cynégétique pour les habitants du hameau de Mas Thibert

–       Scientifique : progression des connaissances en écologie de la restauration

Milieux naturels

Trois milieux principaux sont présents sur le site

–       Les dunes fluviatiles (10 ha) : ces dunes sont des milieux rares à présent car elles ont été formées par l’action du fleuve (dépôt de sédiments) avant l’endiguement de celui-ci

–       Les prairies pâturées (30 ha)

–       Les terres agricoles de faible valeur agronomique comme les anciennes rizières (30 ha) : c’est cette zone qui a bénéficié de la restauration écologique

Les anciennes parcelles agricoles ont été restaurées en marais temporaires ainsi qu’en pelouses méditerranéennes. Un marais temporaire se définit par une alternance d’assecs estivaux et de mise en eau. Les marais temporaires abritent une faune et une flore riche et diversifiée d’une saison à l’autre à l’inverse d’un marais permanent mis en eau toute l’année.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lestes maccrostigmas

Faune et flore

Les espèces présentes dans les marais temporaires ont su développer des stratégies adaptatives pour résister aux périodes d’assec. Des herbiers aquatiques de Characées se sont développés offrant un habitat pour de nombreuses espèces et une source de nourriture prisée par les canards. La colonisation des libellules s’est faite rapidement après les travaux de restauration. Le leste à grands stigmas Lestes macrostigma possédant une forte valeur patrimoniale a notamment colonisé le site en 2014. Les canards comme le Canard colvert ou les limicoles comme la Bécassine des marais et le Vanneau huppé commencent à fréquenter le site.

La dune fluviatile du Cassaïre recèle également de nombreuses espèces végétales adaptées à leur habitat comme le Scirpe de Rome Scirpoides holoschoenus, le Brome à deux étamines Anisantha diandra, la Centaurée rude Centaurea aspera ou la Canne de Ravenne Erianthus ravennae.

eolienne_pompe_cassaire_tmorvanUsagers du site

–       Association de chasseurs de Mas Thibert

–       Élevage : pâturage équin permettant d’éviter le développement d’espèces végétales compétitives et non désirées sur la zone restaurée et pa^turage ovin sur les prairies

–       Accueil de groupes scolaires sur le site

Partenaires du projet

Les Amis des Marais du Vigueirat, la Tour du Valat, le Parc Naturel Régional de Camargue, le bureau d’études RESSOURCE, le CEFE-CNRS, l’IMBE, le CPIE Rhône Pays d’Arles, l’ONCFS et l’association de chasse de Mas Thibert

Partenaires financiers

L’Agence de l’eau, le Conseil Départemental et le Conseil Régional