Gestion hydraulique

Les mises en eau du site se font de manière naturelle avec les précipitations et artificiellement via les prises d’eau sur le Canal du Vigueirat ou les stations de pompage sur le Canal d’Arles à Bouc.

Description du système hydraulique

Le réseau hydraulique s’est fortement développé au cours du temps et se compose d’un ensemble de canaux d’irrigation et de drainage, appelés localement roubines, permettant la circulation de l’eau et d’un ensemble de bassins hydrauliques délimités par un maill

Le Cabanon du Rendez-vous, sur les Marais du Vigueirat © Gérald Malignon

Le Cabanon du Rendez-vous, site du Ligagneau, avec passage d’une roubine © Gérald Malignon

age de digues. Le passage ou le blocage de l’eau d’un canal à l’autre ou d’un canal à un bassin se fait par l’ouverture ou la fermeture manuelle de vannes (martelières).

L’alimentation en eau des Marais du Vigueirat se fait essentiellement de façon gravitaire, grâce à deux prises d’eau situées en rive droite du Canal du Vigueirat, à l’Étourneau au nord du site et à Ligagneau plus au sud. Sur quelques bassins, la mise en eau gravitaire est impossible du fait de la hauteur et de la structure des digues. Le gestionnaire a alors recours à quatre stations de pompage sur le Canal d’Arles à Bouc, situées en rive gauche du canal à l’Étourneau et Ligagneau et en rive droite du canal au Cassaïre et à La Petite Forêt.

Sur d’autres secteurs encore, l’irrigation est impossible (absence de prises d’eau ou de stations de pompage) ou non maîtrisable du fait du mauvais état des digues.

Concernant la vidange de l’eau sur le site, elle se fait en général également par gravitation au niveau des deux sorties d’eau situées sur le Canal d’Arles à Bouc à l’Étourneau et Ligagneau.

Les grandes orientations de gestion

Survol Étourneau nord

Survol Étourneau nord

Quatre paramètres principaux influencent les milieux humides camarguais : les facteurs climatiques, le sol, l’eau et le pâturage. Le gestionnaire à la possibilité d’agir sur deux d’entre eux : l’eau et le pâturage. Sur les Marais du Vigueirat, l’eau constitue un élément de gestion essentiel.

La vocation du site étant devenue conservatoire, la gestion hydraulique pratiquée sur les Marais du Vigueirat nécessite l’utilisation de l’ensemble du système hydraulique afin de conserver une mosaïque de milieux. Bien qu’interventionniste, la gestion de l’eau se fait le plus possible en conformité avec le cycle climatique méditerranéen et ses contraintes (sècheresse estivale, irrégularité des précipitations…) ainsi que le fonctionnement hydrologique passé du delta avant l’endiguement du Rhône (périodes de crues) afin de conserver le caractère méditerranéen des milieux naturels.

Des objectifs de gestion hydraulique sont fixés à l’échelle de chaque bassin et définis en fonction du patrimoine naturel, des espèces à favoriser ainsi que des activités (élevage, accueil du public, recherche scientifique…). D’autres facteurs comme les conditions climatiques, d’éventuels travaux… peuvent moduler la gestion hydraulique.

Cycle de remise en eau

La mise en eau artificielle du site se fait généralement d’octobre à avril, période correspondant autrefois aux crues du Rhône avant son endiguement. La date de remplissage des bassins est généralement concomitante avec les fortes pluies ayant couramment lieu à cette période et se fait au plus tard début octobre. Les prises d’eau restent ensuite ouvertes tout l’hiver, en accord avec la sécurité des habitations et des infrastructures. La vanne nord de l’Étourneau alimentant les marais temporaires est ensuite fermée la première semaine de mai tandis que la vanne sud de Ligagneau alimentant les marais semi-permanents est fermée plus tard en juillet. Pour ces derniers, un contrôle est réalisé de mars à juillet afin de maintenir des niveaux d’eau élevés et éviter qu’ils ne s’assèchent. Suite à la fermeture des prises d’eau, la grande majorité du site connaît un assèchement progressif variant pour chaque bassin en fonction de la topographie et de la nature du sol. De plus, les précipitations de mai à septembre influencent fortement la durée des assecs estivaux et l’irrégularité temporelle et quantitative des précipitations, caractéristique du climat méditerranéen, et entraînent de fortes variations inter-annuelles des niveaux d’eau des marais. Outre les bassins dont les assecs estivaux sont provoqués par le gestionnaire, il existe aux Marais du Vigueirat certains bassins dont la mise en eau est uniquement dépendante de la pluviométrie.

La gestion des niveaux d’eau des différents bassins hydrauliques du site est réalisée de façon journalière. Les niveaux d’eau des bassins sont suivis chaque semaine par le gestionnaire depuis 1988 à l’aide de règles en une cinquantaine de points de mesure.

L’objectif de ce suivi hebdomadaire est double :

  • Connaître l’évolution hebdomadaire des niveaux d’eau des bassins hydrauliques des Marais du Vigueirat, du Canal du Vigueirat et du Canal d’Arles à Bouc ;
  • Vérifier la conformité des fluctuations des niveaux d’eau aux objectifs fixés pour chaque bassin.