Accueil » L'actualité des Marais » Le retour de la Talève sultane…

L'actualité des Marais

Talève sultane_FDB_0602 Le retour de la Talève sultane…

Proche parente de la Gallinule poule-d’eau et de la Foulque macroule, la Talève sultane est un oiseau de bonne taille, elle atteint presque les 50 cm de haut. La Talève se reconnaît facilement par son plumage bleu aux reflets métallisés et surtout par ses longues pattes et son énorme bec rouge.  

Très farouche, la Talève vit dans les vastes roselières impénétrables et ne sort qu’à la tombée du jour, après s’être assurée qu’il n’y a aucun danger. Elle est végétarienne et a un petit faible pour les rhizomes de roseaux. Elle se sert de son bec comme d’un sécateur pour couper les morceaux les plus épais.

Dans l’Antiquité c’était un oiseau de basse-cour couramment élevé, très apprécié des Romains. On suppose que c’est par eux qu’elle a colonisé l’ensemble du bassin méditerranéen. Etrangement elle disparut bien des années plus tard pour des raisons inconnues, ne subsistant que dans une poignée de régions (Espagne, Portugal…)

Plus tard la Talève sultane a effectué une formidable recolonisation naturelle. Les oiseaux espagnols sont venus petit à petit repeupler les côtes françaises. Elle est ainsi devenue très commune en Camargue. Malheureusement la grosse vague froid de l’hiver 2012 a causé la mort de nombreux oiseaux. Avec la plupart des marais gelés, le manque de nourriture et les températures très basses sur une longue période, la population de Talève sultane camarguaise s’est littéralement effondrée et l’espèce a même failli disparaître du delta.

Les Talèves des Marais du Vigueirat ont subi le même sort et très peu d’oiseaux furent observés les années qui ont suivi cet épisode.

Cependant le printemps 2016 nous a montré que la situation semblait s’améliorer pour cette espèce. De nombreux individus ont été régulièrement observés ou entendus aux quatre coins du site. Plusieurs poussins ont même été vus avec leurs parents depuis les balades en calèche. Des observations de bon augure pour cette espèce encore rare sur le territoire français.