Accueil » L'actualité des Marais » Compter à terre et en l’air

L'actualité des Marais

Canard souchet_FDB_4436 Compter à terre et en l’air

Lorsqu’à l’automne, la neige et la glace s’installent dans le nord de l’Europe, c’est l’heure pour les oiseaux d’eau (canards, foulques et autres) de migrer vers le sud de l’Europe en quête d’un climat plus clément où ils pourront se nourrir et se reposer. Ils formeront ainsi de grandes « remises » (c’est-à-dire les lieux où les oiseaux se regroupent pour passer la journée) de centaines voire de milliers d’individus dans leurs terres d’hivernage.

Durant tout l’hiver, l’équipe des gardes gestionnaires des Amis des Marais du Vigueirat réalise des comptages réguliers afin de dénombrer l’ensemble des oiseaux aquatiques venus hiverner sur le site. L’objectif de ce suivi est de connaître l’évolution mensuelle et interannuelle des populations d’oiseaux d’eau sur les Marais du Vigueirat.

Depuis 1988, tous les anatidés (terme désignant la grande famille des oies, cygnes et canards) sont comptés mensuellement sur le site. Ce travail de suivi mené depuis 28 ans permet de connaître les évolutions de ces espèces et de mettre en œuvre des mesures de gestion afin de préserver les milieux qui leurs sont favorables.

Survol_ONCFS_PAFPar exemple depuis quelques hivers, nous avons constaté que les effectifs de Canard souchet sont en nette augmentation aux Marais du Vigueirat (plus de 1300 individus comptés en février 2016) alors que pour la plupart des autres espèces, les effectifs sont en baisse.

Tous les gestionnaires d’espaces naturels protégés de Camargue réalisent un suivi de ces oiseaux d’eau hivernants sur les sites qu’ils gèrent.

En complément des comptages terrestres, l’équipe de recherche de l’Office Nationale de la Chasse et de Faune Sauvage (basée à la Tour du Valat) réalise un survol de l’ensemble des espaces naturels de Camargue. Ce suivi mensuel se déroule sur une seule journée, ce qui évite les « doubles-comptages », avec le même objectif de dénombrement des anatidés et foulques hivernants. La vue aérienne permet de voir l’ensemble des remises d’oiseaux qui sont parfois inaccessible par voie terrestre.

(Les résultats de ces comptages sont mis en ligne dans la première quinzaine de chaque mois sur notre site internet et les réseaux sociaux.)