Accueil » Observations durant les précédentes visites » 197 nouvelles espèces recensées aux Marais du Vigueirat

Observations durant les précédentes visites

197 nouvelles espèces recensées aux Marais du Vigueirat

Depuis 2013, un inventaire des punaises présentes sur le site des Marais du Vigueirat est en cours de réalisation par plusieurs spécialistes de ces insectes qui font ce travail bénévolement. L’objectif d’un inventaire est d’établir une liste, la plus complète possible, des espèces présentes sur un site. Cette connaissance est importante afin de prendre des mesures de gestion adaptées et d’en connaître au maximum l’impact. A ce jour, 197 espèces de punaises ont été recensées sur le site. Certaines, très particulaires, méritent de vous être présentées. Voici le Top 5 des punaises les plus remarquables observées sur le site.

En cinquième position se trouve Artheneis foveolata. Cette punaise dépend du tamaris dont elle se nourrit des graines. Elle est localisée sur le pourtour méditerranéen où elle peut être assez commune voire localement très abondante.

MetapterusLinearis_VincentDeurremaux

Metapterus Linearis par V.Deurremaux

Vient ensuite Nabis lineatus. C’est une espèce prédatrice qui vit dans les zones herbeuses riches en débris végétaux de marais doux ou salés. Ses mœurs et son habitat la rendent difficile à observer.

Metapterus linearis, elle aussi prédatrice, est une punaise dotée de pattes antérieures ravisseuses (comme les mantes-religieuses). Les données sur cette espèce sont rares. Sur le site, elle a été trouvée dans des débris de roseaux en décomposition et dans une roselière immergée.

Polytoxus Sanguineus par V.Deurremaux

Polytoxus Sanguineus par V.Deurremaux

Polytoxus sanguineus, première mention française du 21ème siècle. Au cours de cet inventaire cette punaise a été rencontrée à de nombreuses reprises, sur diverses parcelles du site. À l’instar des deux précédentes, cette représentante de la famille des réduvidés est une prédatrice. Elle affectionne les milieux salés dans lesquels elle a été trouvée essentiellement à l’intérieur des touffes de joncs piquants.

Enfin, le palme d’or revient à Lasiosomus lasiosomides. Cette espèce est nouvelle pour la France. Elle était connue jusque-là en Afrique du Nord, Israël, Arabie et étend son aire en Afrique tropicale et visiblement avec cette donnée en Europe. Sa biologie est complètement inconnue. À l’heure actuelle, il est difficile de savoir si cette nouvelle mention provient d’individus apportés par l’homme (par exemple la proximité avec le Grand Port Maritime de Marseille, peut être vecteur de nouvelles colonisations liés au commerce, à l’industrie et aux transports…) ou s’il s’agit d’une dispersion naturelle.

 

Un bilan global sera rédigé et publié dans une revue spécialisée. L’inventaire se poursuit encore aujourd’hui et de nouvelles espèces de punaises pour le site sont régulièrement découvertes.